Conseils aux personnes intéressées à rejoindre le mouvement du tourisme écologique

Sommaire
Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn

 

 

 

Le tourisme écologique. Le terme ” tourisme ” vous est probablement familier, mais qu’en est-il de ” éco-responsable ” utilisé comme adjectif avec lui ? Qu’est-ce que cela signifie ? C’est la réflexion que se font de nombreuses personnes lorsqu’elles voient ce terme pour la première fois. En outre, si vous êtes un étudiant chargé de rédiger un essai sur le sujet, vous pouvez même décider de vous faire aider par un service de rédaction personnalisée. Mais ce n’est pas grave si vous n’avez aucune idée de ce que cela signifie puisque nous allons couvrir le sujet ici. De plus, nous fournirons des conseils à ceux qui souhaitent rejoindre ce mouvement en pleine expansion.

 

Le tourisme écologique, parfois appelé “voyage vert” mais largement connu sous le nom d’écotourisme, est défini comme “un voyage responsable dans des zones naturelles qui préserve l’environnement, soutient le bien-être des habitants et implique l’interprétation et l’éducation.” Cette définition officielle largement acceptée, met fortement l’accent sur la conservation, les communautés locales et l’apprentissage personnel.

 

La conservation du patrimoine naturel et culturel de lieux situés aux quatre coins du globe implique que les écotouristes doivent prêter une attention particulière à la manière dont leurs activités peuvent contribuer à la préservation de la faune et de la flore dans l’environnement naturel. Des problèmes tels que le braconnage des animaux, la déforestation et la surpêche viennent facilement à l’esprit lorsqu’il est question de conservation de la nature. Afin de promouvoir le voyage durable, les participants à l’écotourisme sont encouragés à contribuer activement et financièrement aux efforts de conservation dans les destinations qu’ils visitent.

 

En ce qui concerne les communautés locales, le mouvement écotouristique est centré sur la sensibilisation et le respect des droits de l’homme, des croyances et de la culture des habitants de la destination. Un autre aspect important est l’autonomisation : veiller à ce que les écotouristes contribuent directement au bien-être économique des locaux.

 

Le troisième pilier de l’écotourisme est l’apprentissage personnel ou l’éducation. Cela signifie que les visiteurs (à travers leurs expériences individuelles au cours de leurs visites) devraient véritablement chercher à accroître leur compréhension et leur appréciation de l’environnement naturel, de la communauté locale et de leur mode de vie.

 

S’il vous arrive de trouver le concept d’écotourisme ci-dessus attrayant, vous vous demandez peut-être maintenant quelles actions vous pouvez entreprendre pour montrer votre soutien et votre adhésion à l’idée.  ; Vous avez de la chance ici. Comme cela a été promis plus tôt, nous avons préparé ci-dessous des idées pratiques que vous pouvez utiliser.

 

Faite de la pub pour les entreprises locales et éco-conscientes pendant vos voyages

 

Lorsque vous voyagez ou que vous êtes en vacances, combien de fois prenez-vous sérieusement en considération la propriété de l’endroit où vous choisissez de rester ? Si vous tenez à participer au mouvement écotouristique, vous voudrez privilégier les services d’hébergement et de logement appartenant à des propriétaires locaux. Par exemple, utiliser des locations de courte durée appartenant à des locaux ou des hôtels et des maisons d’hôtes appartenant au gouvernement (par opposition aux marques hôtelières internationales) est un excellent moyen de soutenir la communauté locale sur le plan économique.

 

Une autre action efficace que vous pouvez entreprendre pour soutenir directement l’économie locale consiste à n’engager que des locaux comme guides touristiques lors de vos visites.

 

En plus de soutenir l’économie locale, vous voudrez également privilégier les entreprises qui ont une politique de durabilité environnementale claire et des preuves de leurs efforts. En fait, les entreprises peuvent aller jusqu’à obtenir une certification officielle pour prouver qu’elles sont sérieuses sur la question. Donc, si vous n’êtes pas sûr d’une entreprise particulière que vous envisagez, vous pouvez lui demander ses politiques, ses certificats et ses preuves matérielles.

 

Par exemple, un hôtel peut avoir une installation de panneaux solaires dans ses locaux, avoir de nombreux arbres et plantes vertes, et utiliser des systèmes d’éclairage et de chauffage basés sur des capteurs pour une consommation d’énergie efficace, entre autres mesures actives. Une entreprise d’accueil peut même devenir neutre en carbone lorsqu’un effort concerté est mis en place.

 

Mangez des repas d’origine locale et préparés pendant votre séjour

 

Lorsque vous choisissez ce que vous allez manger, privilégiez les cuisines locales et évitez les produits alimentaires importés d’autres pays. De plus, se rendre au marché de producteurs locaux ou dans une petite épicerie pour acheter de la nourriture est un excellent moyen de soutenir les habitants et d’entrer en contact avec eux.

 

De plus, vous devez vous en tenir à des sacs d’épicerie réutilisables respectueux de l’environnement lorsque vous faites vos courses et éviter de manger dans des établissements servant des repas contenant de la viande d’espèces animales menacées ou utilisant des tasses, cuillères et assiettes jetables. Au lieu de cela, recherchez et fréquentez les restaurants ayant des aliments biologiques à leur menu.

 

Évitez d’acheter des articles provenant d’animaux braconnés ou en voie de disparition

 

Beaucoup de gens ne sont pas forcément conscients que les souvenirs, vêtements, chaussures, sacs à main, ceintures et autres articles qu’ils achètent peuvent provenir d’animaux fortement braconnés et d’animaux en voie de disparition. De votre côté, lors de vos voyages, vous pouvez éviter d’acheter des vestes en fourrure animale, des bijoux en corail et en carapace de tortue, et des chaussures ou des sacs en peaux d’animaux en voie de disparition. Si vous n’êtes pas sûr de la source, vous pouvez demander ou trouver des informations en ligne auprès de groupes de conservation axés sur la discussion des articles que vous devriez éviter d’acheter dans un endroit particulier.

 

Utiliser des véhicules qui ont une faible empreinte carbone

 

Ce conseil peut être difficile à appliquer dans un monde qui regorge de véhicules fonctionnant aux combustibles fossiles : trains, voitures, etc. Bien que vous ne puissiez pas toujours éviter certains véhicules émetteurs de carbone, notamment les avions commerciaux, vous pouvez minimiser votre utilisation globale de ces véhicules pendant vos voyages.

 

Où et quand c’est possible, choisissez des alternatives à zéro carbone comme les voitures électriques, les trains électriques, les motos électriques et les vélos. Choisissez des trajets directs et plus courts pour réduire votre empreinte carbone. N’oubliez pas que l’idée de faire tout cela est de jouer votre rôle dans la réduction de l’impact néfaste des transports sur notre environnement naturel.

 

Ne pas déranger ou énerver la faune

 

Lors de safaris ou de sorties similaires impliquant l’observation d’animaux dans leur habitat naturel, ne lancez pas d’objets aux animaux et ne criez pas pour attirer leur attention afin de capturer la photo ou la vidéo parfaite pour votre Instagram. Offrir de la nourriture aux animaux peut être bien intentionné, mais le faire pour les attirer pour votre post sur votre compte de médias sociaux n’est pas une pratique écologique.

Besoin de conseil pour votre projet ?

Nous pouvons réaliser vos objectifs et transformer les contraintes écologiques en avantages de valeur réelle.